Tinos la pieuse des Cyclades 13


Pour ce troisième voyage dans les Cyclades, après la verdoyante Andros, direction l’île de Tinos. Pour les orthodoxes, Tinos est l’équivalent de la Lourdes des catholiques avec son important lieu de culte dédié à la Vierge. Point positif, cette ferveur religieuse a préservé pendant de nombreuses années l’île du tourisme de masse. Aujourd’hui, le tourisme se développe mais de manière discrète et authentique par respect pour les croyances de ses habitants. Troisième plus grande île des Cyclades, on y trouve plusieurs centaines d’églises et de chapelles! On a particulièrement apprécié Tinos pour ses paysages vallonnés, ses nombreux villages typiques et ses magnifiques plages. Une île qui mérite à être connue mais pas trop non plus…

Informations pratiques

Quelques infos pour venir, se loger et se déplacer sur l’île de Tinos.

  • Venir sur l’île de Tinos: depuis Andros nous avons emprunté le ferry SuperFerry II de Golden Star Ferries qui effectue la ligne Rafina-Andros-Tinos-Mykonos-Naxos-Paros. Le bateau est assez grand, spacieux avec différents espaces, le placement est complétement libre pour les classes économiques. Le trajet Andros-Tinos se fait en 1h30.
  • Se loger: nous avons loué une chambre Airbnb sur le port en plein centre de Chora. La chambre était assez grande avec une belle salle de douche,Port de Chora Tinos un coin kitchenette (frigo, cafetière et quelques ustensiles) et surtout un petit balcon avec vue sur le port. Sa localisation nous a permis de profiter de l’ambiance du port avec ses nombreux bars et restaurants. Pas de soucis pour garer notre voiture de location dans les rues adjacentes.
  • Location de voiture: nous avons loué notre voiture chez Europcar mais la voiture venait d’une petite agence locale. A ce propos, cet élément n’est absolument pas mentionné lors de la réservation sur le site Europcar. Nous avons passé pas mal de temps à chercher l’agence sur le port en se fiant à l’adresse indiqué sur le bon de réservation. Résultat après plus d’une heure de recherche et un coup de fil à la centrale, nous apprenons qu’il n’y a pas d’agence Europcar à Tinos. En effet, le loueur vient déposer la voiture sur le port au niveau du débarcadère à ferries donc faites bien attention aux pancartes à votre arrivée. Pas de problème lors de la remise ou du dépôt des clés, la voiture était en excellente état, bien entretenue et avec le plein.
  • Formalités avant de partir (COVID): les annonces évoluant au fil de l’épidémie, je vous conseille de consulter le site de l’Ambassade de France en Grèce afin de vous tenir informés des modalités d’entrée sur le territoire grec.

Chora la capitale pieuse de Tinos

De prime abord, la Chora de Tinos est assez surprenante avec un mélange de ferveur religieuse, du côté de son imposante Panagia, et de vitalité dans ses bars branchés et ses boutiques du côté du port. J’ai apprécié découvrir cette jolie petite ville à différentes heures de la journée. Après l’extrême calme d’Andros, je dois dire que j’ai apprécié son ambiance un peu plus animée. A découvrir à Chora:

  • ♥ Panagia Evangelistria (entrée libre): on ne peut absolument pas rater cette église depuis le ferry. Elle trône au sommet de la ville, un peu comme la bonne mère de Marseille! L’église est le centre névralgique du culte de la Vierge pour les orthodoxes de Grèce mais aussi de l’ensemble des Balkans. On accède à la Panagia par une longue rue, Megalocharis, que certains empruntent à genoux afin de montrer leur ferveur et leurPanagia Evangelistria Tinos dévotion. Des tapis ont même été installés sur un côté de l’avenue afin que les pèlerins puissent protéger leurs genoux lors de leur procession. Arrivée au sommet de l’avenue, le tapis se prolonge jusqu’à l’entrée de l’église. Celle-ci, comme l’ensemble des lieux de cultes orthodoxes, est chargée de nombreux ex-voto et dorures. En dessous, une chapelle permet aux pèlerins de remplir leurs fioles d’eau bénite. La cour de la Panagia abrite des petits musées dans les salles adjacentes comme le musée des pèlerinages, le musée des artistes de Tinos ainsi que le musée des icônes.
  • Rue Evangelistrias: parallèle à l’avenue Megalocharis, cette rue permet de rejoindre le port depuis la Panagia. Tout au long, on y trouve de nombreuses boutiques de souvenirs religieux où les pèlerins peuvent acheter fioles, icônes en cuivre, méga cierges…parfois les souvenirs sont même d’assez mauvais gout…
  • ♥ ♥ Quartier du port de plaisance: ce quartier est assez vivant le soir avec ses boutiques de mode, ses galeries d’art, ses restaurants et bars. Il est constitué essentiellement de petites ruelles blanches typiques des Cyclades. En se perdant dans ce dédale, on tombe vite sur des placettes et des petites chapelles photogéniques.

L’Est de Tinos entre villages cycladiques et longues plages de rêve

On commence la découverte de l’île de Tinos pour sa partie Est avec des villages typiquement cycladiques, un monastère-village et des plages aussi belles que désertes….Côté villages nous avons visité:

  • Dyo Choria: considéré comme l’un des plus beaux villages de Tinos, Dio Choria est certes jolie mais pas de véritable coup de cœur pour nous. Toutefois, je comprends l’engouement c’est un village typique des Cyclades avec ses ruelles blanchies à la chaux, ses bougainvilliers, sa placette avec l’unique bar du village et ses vues sur la mer Égée.
  • ♥♥ Triantaros: premier coup de cœur pour ce village construit en balcon face à la mer. On tombe vite sous le charme de ses ruelles d’un blanc éclatant agrémentées de bougainvilliers et de figuiers et de ses passages voutées le tout dans une vallée verdoyante. Comme d’habitude en septembre pas l’ombre d’un visiteur dans ses ruelles…Tinos depuis la route menant à Pachia Ammos
  • ♥ Monastère de Kechrovouni (entrée libre, se couvrir les jambes et les épaules). Le Monastère de Kechchrovouni est un véritable village fermé avec ses ruelles, ses arcades, ses chapelles et ses maisons fleuries…qui sont en fait les cellules de la trentaine de moniales résidents encore dans les lieux. Dans l’une des églises du monastère, le crâne de la nonne Pelagia y est exposé. La légende raconte qu’en 1820 la Vierge lui serait apparue par trois fois afin de lui indiquer où se trouvait l’icône sacrée sous la Panagia de Chora alors en construction. Les ouvriers on trouvé cette fameuse icône faisant de la Panagia, le centre névralgique de la ferveur orthodoxe et de Pelagia une véritable sainte vivante. Le style « village » du monastère fait que l’on oublie rapidement que l’on visite un lieu de culte, c’est même un peu l’inconvénient. En effet, je regrette souvent le manque de respect de certains visiteurs envers les lieux de culte… Pour conclure, le lieu offre de magnifique point de vue sur Syros, la prochaine île de notre périple.

Côté plages, cette partie de l’île recèle quelques surprises:

  • ♥ Pachia Ammos: cette plage se trouve à seulement 9km de Chora. Pour y arriver, suivez la direction Pachia Ammos puis garez-vous sur le parking du Pachia Amos Country Club avant de rejoindre la plage par un sentier assez court de 5min. A l’arrivée, profitez d’une plage peu fréquentée et unique puisque composée de sable vert! L’endroit offre également de superbes points de vue sur Mykonos.
  • Lichnaftia: plage de sable et de galets avec quelques tamaris pour se protéger du soleil, en prime Mykonos en toile de fond.
  • Baie de Livada: belle plage avec des airs de bout du monde que l’on atteint après 10min sur une piste au milieu d’une vallée de chênes verts. La plage se caractérise par ses rochers aux formes étranges presque fantasmagoriques. Une rivière se jette dans la mer, point d’eau pour de nombreux canards et troupeaux de chèvres.

Le centre et ses paysages spectaculaires

Autant vous le dire tout de suite, gros coup de cœur pour ce coin de Tinos et plus particulièrement pour la région de Volax. Comme vous allez le voir, ici les paysages sont assez surprenants, on oublie complètement que nous sommes sur une île des Cyclades!

  • Mont Exombourgo: garez vous au monastère au pied de cette montagne granitique avant de partir à l’assaut de sa forteresse vénitienne. Celle-ci résista pendant plusieurs années aux différents assauts trucs, pour ne tomber qu’en 1715. Aujourd’hui, la forteresse n’est plus que ruines mais on l’imagine parfaitement au temps de sa splendeur. Une fois atteint le sommet, la vue sur Tinos et par temps clair sur les îles environnantes est tout simplement superbes!
  • Volax: encore un village superbe, quoi qu’un peu touristique, mais si photogénique avec ses petites ruelles et ses maisons pleines de charme. Allez y tôt le matin ou en fin de journée pour éviter les rares excursions organisées sur l’île. La visite du village se fait assez rapidement, je ne peux que vous conseiller d’explorer les paysages environnement: un véritable bijou, le coup de cœur de ce séjour sur l’île.
  • ♥♥ Randonnée autour de Volax (une partie du sentier M2 depuis Volax): en arrivant sur Volax, je suis tout de suite tombée sous le charme du paysage lunaire entourant le village. Ce paysage est la trace d’une ancienne éruption volcanique, un paysage aussi surprenant qu’enchanteur. On décide de prolonger notre visite en empruntant le sentier M2 à l’entrée du village, à proximité du parking. Nous allons finalement randonner toute l’après-midi, un peu au hasard, car le sentier manque clairement de balisage. Une randonnée magique, au milieu d’un paysage unique dans les Cyclades. A faire si vous êtes de passage à Volax car le village se visite assez rapidement.

Sur la route côtière de Tinos: entre villages perchés et points de vue sur la mer Égée

La route entre Chora et Pyrgros est certainement la plus belle de Tinos. Longeant la mer Égée, on passe par de magnifiques villages tout en profitant de superbes points de vue sur la mer et les îles alentour…Voici quelques villages à ne pas rater:

  • Ktikados: village en bacon au dessus de la mer Égée. On se plait à déambuler dans ses rues à la recherche des églises, des fontaines et des points de vue sur la mer. C’est dans ce village, que l’on trouve la taverne « Drosia », le restaurant possède une superbe terrasse ombragée.
  • ♥ Tarampados: ce village du XVIIème siècle est surtout connu pour ses dizaines de pigeonniers, les mieux conservés de l’île. Pendant longtemps, les habitants de Tinos ont élevé des pigeons pour la viande mais également pour leurs excréments, excellent engrais. Typiquement cycladique, les ruelles de Tarampados sont protégées par des arcades en bois. Celles-ci servaient de caches lors des raids de pirates. Après la visite du village, empruntez un petit bout du circuit des pigeonniers afin de vous approchez au plus prés de ces belles structures. Pour les amateurs de randonnées, ce sentier de 3h30 mène à Perastra, Agapi et Volax.
  • ♥ Kardiani: superbe village construit au bord d’un ruisseau, au flanc du Mont Pateles face à la mer Égée et Syros. Gros coup de cœur pour ce village qui nous a fait un peu pensé à Santorin avec ses jolies maisons décorées et ses ruelles bien entretenues. Au hasard des rues, on débouche sur le lavoir agrémenté de photos d’époque et sur les deux églises du village: l’une pour les catholiques et l’autre pour les orthodoxes. Les esplanades devant ces deux églises offre de sublimes panoramas sur la mer. Un village à ne surtout pas rater!
  • Ysternia et sa baie: après Kardiani le prochain village est celui d’Ysternia accroché au Mont Meroviglia. C’est le village des sculpteurs, on y trouveBaie d'Ysternia encore quelques ateliers ainsi que le petit musée de la sculptures. Originalité du village: le nom des propriétaires de chaque demeure est gravé dans le marbre sur les façades. Après la visite du village, reprenez votre voiture et empruntez la route en lacets en direction de la mer. En contrebas vous trouvez la plage d’Ysternia ainsi que quelques tavernes. Pour plus de tranquillité, marchez jusqu’à la plage au fond de la baie après les tavernes.
  • ♥♥ La route panoramique au coucher du soleil (entre Chora et la baie d’Ysternia): après avoir visité ces charmants villages, reprenez la route en sens inverse de préférence au coucher du soleil afin de profiter de ses paysages de carte postale. Certainement l’une des plus belles routes des Cyclades! Une route à faire et à refaire tout au long du séjour à différents moments de la journée…

A la découverte de Pyrgos, le village des artistes de Tinos

A la fin de la route panoramique, on atteint le village de Pyrgos, le plus beau village de Tinos. Après sa visite, n’hésitez pas à prendre la route en direction de la baie de Panormos histoire de manger dans une bonne taverne et de faire un plongeon. Que la vie est douce en Grèce…

  • ♥♥ Pyrgos: il est connu pour être le village des sculpteurs de marbre. En effet, le marbre de Tinos est aussi connu que celui de Paros depuis l’Antiquité. A la différence de celui de Paros d’un blanc éclatant, celui de Tinos est de couleur verte avec de nombreuses veines blanches, il est également appelé marbre serpentin. C’est au nord de l’île que l’on trouve les impressionnantes  carrières de marbre. Rien d’étonnant donc à ce que le village de Pyrgos  se soit développé grâce à cette activité. En 1955, une école des Beaux-Arts y a même été créée. Ici tout est en marbre: l’arrêt de bus, les linteaux de portes, les escaliers, les fontaines…autant de traces de son incontestable vitalité artistique! Promenez vous en fin de journée pour profiter de sa tranquillité et n’hésitez pas à pousser les portes des ateliers d’artistes. Pyrgos est sans contexte la perle de Tinos!
  • Baie de Panormos: joli village de pêcheurs tout au nord-est de Tinos. Le cadre est superbe avec une belle plage de sable fin, une eau bleu-vert, quelques barques colorées et bien sur d’excellentes tavernes. En face, l’îlot de Planitis (la Planète) complète ce décor. Pour une petite balade et une baignade isolée, depuis la plage de Panormos marchez en direction de la plage Agia Thalassa et la plage Kavalourko.

La pointe nord de Tinos et son air de bout du monde

Après avoir découvert les plus beaux villages de Tinos, direction l’extrême nord par une piste assez caillouteuse et étroite. C’est dans ce coin de l’île que sont exploitées les carrière de marbre depuis l’Antiquité. Après 10km au milieu de ce paysage désert, on arrive enfin à notre but pour la journée Malia et Koumelas. Gros coup de cœur pour ce coin où il règne une ambiance de bout du monde surtout en cette mi septembre…

  • ♥♥ Mali: c’est le village de pêcheurs du bout du monde avec ses quelques maisons blanches essentiellement occupées durant l’été, ses barques et ses plages aux eaux cristallines. La plus belle plage se trouve coincée entre deux rochers à l’ombre des tamaris. Un endroit idéal pour pique-niquer et profiter de ce spot snorkelling. Pour les amateurs de randonnées, un sentier permet de suivre la côte avant de rejoindre le village de Mamados sur les hauteurs. Vous ne pouvez qu’avoir un coup de cœur pour cet endroit!
  • ♥♥ Koumelas: avant de repartir passage par Koumelas avec sa jolie plage et ses maisons aux volets bleu, vert et rouge…encore une véritable carte postale! Je retiens le nom de ces deux villages, pour un prochain séjour en mode repos sur Tinos.

Le coin des gourmets

Quelques adresses de restaurants et de spécialités à tester lors de votre séjour sur l’île de Tinos.

  • Tinos Ise? (21 Evaggelistrias – Chora): excellent gyros dans une petite rue de Chora. Les gyros sont bons et bien fournis. N’hésitez pas à déguster la bière locale, brassé sur l’île: la Nissos!
  • Pranzo Osteria (Epar.Od. Tinou-Kallonis – Chora): un bon restaurant italien le long de la marina de Chora. Large choix de plats italiens de la pizza, aux pâtes en passant par quelques plats mijotés. Plats savoureux, généreux avec des produits frais. Toutefois, le service manque un peu de chaleur… Pour les tables en extérieur, il faut penser à réserver à l’avance.
  • Taverne Marina (baie de Panormos): excellent restaurant de poissons et grillades. Une adresse comme on aime avec des plats savoureux et généreux, un service chaleureux, le tout face à la mer. Le digestif est offert en fin de repas et nous avons même eu un pichet de rosé offert pour compenser l’attente des plats principaux. Bref je recommande les yeux fermés!

A voir aussi

Quelques références de sites ou de guides à consulter avant votre visite de l’île de Tinos.

Je ne m’attendais pas à un tel coup de cœur pour l’île de Tinos! J’ai particulièrement aimé parcourir ses paysages vallonnés, flâner dans ses jolies villages , goûter à son authenticité et à sa bonne gastronomie. Souvent présenté comme une île austère, c’est tout le contraire que j’ai ressenti notamment grâce à l’accueil de ses habitants aussi bien dans notre logement que dans les restaurants ou villages. Bref une île peu connue mais qui à beaucoup à offrir tout comme sa singulière voisine Andros. Après 5 jours sur l’île, il est temps de reprendre le ferry. Cette fois-ci direction la dernière étape de notre séjour: Syros! Je dois dire que mon cœur se serre en voyant Tinos s’éloignait mais je sais que il s’agit juste d’un au revoir…


Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

13 commentaires sur “Tinos la pieuse des Cyclades

  • Marie VIEUX ALLARD

    Bonjour,
    Merci pour ces beaux récits et toutes ces informations qui donnent très envie de s’y rendre en Septembre prochain….
    Peut-on faire France Mykonos et trouver un ferry pour gagner TINOS, je pense que oui….
    Merci pour tous vos détails. A très vite……………….. Ailleurs. Marie

    • PepetteEnVadrouille Auteur de l’article

      Bonjour, pas de soucis pour un vol Paris-Mykonos. De là, vous pouvez prendre le ferry pour Tinos qui est à proximité. L’île de Tinos est superbe, vous allez vous régaler!

  • Flo

    Bonjour,
    Merci pour votre article. Tinos à l’air de correspondre à mes attentes : loin de foule, authenticité, villages typiques, plages…
    Reste un seul doute : d’autres articles indiquent un vent fort tout l’été. Quand est-il vraiment ?
    Merci !

    • PepetteEnVadrouille Auteur de l’article

      Bonjour Tinos est une île magnifiques avec des villages authentiques et des paysages sublimes. Nous y sommes allés en septembre et nous n’avons pas souffert du vent. Toutefois, le meltem est assez imprévisible dans toutes les cyclades…Bon voyage!

  • Chloé

    Bonjour,
    Merci pour ce témoignage très utile ! Nous pensons nous rendre à Tinos cet été avec mon copain, en juin. Diriez-vous que cette île nous conviendrait étant donné que nous aimons le calme, avec peu de touristes, et que nous passons beaucoup de temps à faire de la plongée ? (nous adorons par exemple Sifnos et Sérifos, qui sont plutôt peu touristiques, du moins en juin ou septembre)
    De ce que j’ai pu lire, Tinos semble peu touristique donc je pense qu’en juin elle doit être calme également ! Qu’en pensez-vous ?
    Bonne soirée 🙂

    • PepetteEnVadrouille Auteur de l’article

      Bonjour, pour vos critères je pense à 3 îles:
      – Tinos
      – Andros
      – Amorgos
      L’avantage d’Andros et Tinos c’est la proximité avec Athènes.
      Sur ces trois îles vous aurez de la quiétude, de l’authenticité, de la plongée, des belles plages, de beaux villages et peu de monde.
      Bon voyage

      • Chloé

        Bonjour, merci beaucoup !! Je pense que Tinos va être un bon choix, et votre article très détaillé nous donnera des idées de visite ! Tinos est aussi très proche de Mykonos en ferry, accessible en avion depuis la France, ce qui est très pratique également.
        Merci encore

  • Dom

    Votre récit donne vraiment envie de tomber sous le charme de cette île !!!
    Vous avez logé au même endroit durant votre séjour ? L’île semble assez grande …
    Merci pour toutes ces informations qui nous seront très utiles 😉

    • PepetteEnVadrouille Auteur de l’article

      Bonjour, merci pour ce retour! Nous avons logé durant tout le séjour à Chora le port principale pour profiter de son animation. Pour les distances pas de soucis si vous avez une voiture. A titre d’exemple entre Chora et Pyrgos il y a seulement 35min de route. Bon voyage!